Site icon Accompagnement en Amour

Blessures et de guérison d’amour…

Ah, l’Amour ! C’est tellement beau et cela semble tellement dangereux, en même temps ! L’Amour génère des guérisons miraculeuses. Il peut aussi avoir le pouvoir de terrasser le plus fort d’entre-nous dans d’atroces blessures souffrantes allant jusqu’à marquer son âme.

Presque tous les jours, je reçois des êtres qui portent des blessures d’amour; blessures plus ou moins profondes qu’il serait bon de guérir. Or, le seul moyen de panser ces plaies, c’est d’y apporter de l’Amour.

C’est là que se pose un des plus grands dilemmes :

Comment faire pour s’ouvrir à nouveau à l’amour alors que nous avons déjà été blessé ?

Reprendre pied malgré la blessure laissée par une rupture amoureuse

Quand l’expérience amoureuse n’est pas à la hauteur, la tristesse s’installe. Puis, une frustration va aller grandissant à l’intérieur de Soi. On finit par douter de Soi et notre confiance en nous se retrouve touchée de plein fouet.

La flamme de l’Amour s’éteint petit à petit. Mais, alors que la douleur intérieure grandit, nous n’avons pas toujours le moyen de l’exprimer. Si les possibilités de communiquer dans le couple ne sont pas réunies, c’est finalement le feu de la colère qui va prendre place et, pour un rien, mettra le feu aux poudres. La rupture est là.

Vient alors parfois un sentiment de répétition, on a l’impression de vivre une série sans fin d’expériences douloureuses qui nous laisse des blessures émotionnelles béantes. Chaque nouvelle expérience de la relation amoureuse devenant alors un risque de souffrir à nouveau.

Alors, comment continuer à avancer lorsqu’on n’envisage pas d’être seul(e) pour le reste du chemin de notre Vie ?

Certain(e)s érigeront alors des barrières de protection. Malheureusement, même si ces barrières semblent être la voie facile pour ne pas être blessé(e). Elles se révéleront être tout sauf la bonne voie.

Cette stratégie nous amènera à vivre une expérience qui sera pire. Les barrières ainsi mises en place nous empêcheront de vivre l’Amour. Et, le comportement que nous adopterons en conséquence, nous conduira droit dans le mur, tuant tout espoir dans l’oeuf. Nous nous serons ainsi enfermé(e) dans notre propre prison construite par nous-même.

Or, pour Vivre l’expérience de l’Amour dans le couple, il faut justement accepter de faire tomber toute forme de protection, être vrai(e), authentique, présent(e), aligné(e), centrée… (cf. Accepter de s’ouvrir à l’autre pour vivre une union d’Amour ?)

La relation de couple n’est pas une voie facile, mais elle est une des plus belles voies initiatiques. Mais, elle peut se révéler joyeuse, triste ou heureuse, parfois humaine, parfois divine tout dépend des deux partenaires, de leurs intentions et de leur projet commun : leur idéal partagé.

Comment panser nos plaies béantes et blessures ?

Mais aussi, comment éviter de sombrer dans une douleur encore plus profonde ?

Tout d’abord, il est essentiel de faire preuve de patience et accepter d’être seul(e) pour se retrouver et réapprendre à se connaître. La solitude peut sembler difficile à vivre. D’ailleurs, lorsque c’est le cas, c’est qu’un vide intérieur doit être regardé avec attention pour transformer notre intériorité jusqu’à toucher notre complétude.

C’est la seule façon de pouvoir comprendre quelles sont vos attentes vitales. Et, ainsi pouvoir y répondre par soi-même plutôt que de vouloir qu’un autre vienne y répondre  à notre place. Répondre à nos besoins est de notre responsabilité. Si nous refusons de réaliser cela, les relations que nous tisserons le seront toujours sur un déséquilibre qui fera germer des situations toxiques.

Il est important que nous prenions le temps de ramener notre regard, un regard doux et remplit d’amour et de compassion sur nous-même, sur notre coeur. Offrons-nous du temps, de la douceur, de la tendresse.

Qu’est-ce que nous attendons réellement du couple ?

Si c’est de combler un vide, trouvons un moyen de le combler autrement. Sinon, notre relation est vouée à devenir toxique. Ceci est la première étape incontournable.

La suite peut semble être un acte héroïque, mais ne l’est pas, en réalité, c’est avoir la foi.

La relation amoureuse est une expérience humaine.

Elle n’a pas à être parfaite dès le départ. Un couple, cela se construit dans le temps et se consolide au fur et à mesure au fil de l’histoire commune et partagée. On apprend constamment à mieux connaître l’autre et à davantage se reconnaître Soi. Cela demande une progression, une évolution, et surtout d’éviter toute forme de précipitation. Sinon, ce n’est pas un couple dont il s’agira mais d’une expérience passionnelle vouée à s’éteindre.

Dans un cas, nous construisons pour tendre vers l’harmonie dans l’autre nous nous laissons prendre et consumer par des désirs sans la moindre mesure. Cela peut-être bon pour nous temporairement, pour nous sentir à nouveau vivant(e). Toutefois, cela ne peut pas être considérer comme de l’Amour. C’est autre chose.

Vouloir toucher la perfection est une erreur commune.

Si le couple était à l’instar d’un conte de fée, il faudrait transformer un crapaud en prince charmant ou une grenouille en princesse charmante.
Or, cela demande un véritable travail de reconnaître l’être magnifique qui se cache derrière d’apparents défauts ! Et, ensuite, il faudra le/la transmuter grâce à la magie ou l’alchimie de l’Amour. Mais il n’y a pas de perfection dès le départ. Il s’agit de trouver l’alchimie et de l’entretenir. SI la perfection était là dès le début, ce serait une perfection illusoire et l’histoire serait vide et morte; du point de vue de l’invisible, la perfection est une stagnation qui ne mène qu’à la décomposition qui fait naitre le compost.

Le poison serait-il le remède ?

En Vérité, l’Amour ne blesse pas. Ce qui blesse, c’est autre chose. L’Amour n’est pas un poison. L’Amour est un vecteur de guérison et de sublimation. Le poison est l’attachement, la manipulation, le chantage affectif, la dépendance… qui a été amené comme un attribut incontournable à l’Amour donné. Or, c’est un leurre.

L’autre n’est pas fautif. Tu n’es pas fautif/ve. Le jeu a été accepté par les deux joueurs.
Ce n’est la faute de personne car il n’y a pas de faute, seulement une opportunité d’enseignement et d’apprentissage.

L’attachement, nous avons accepté de le mettre en place car cela nous rassurait. Si c’est la manipulation, c’est parce que nous avons choisi (consciemment ou inconsciemment) de donner nous pouvoir à l’autre pour éviter d’avoir à prendre le risque de choisir… Tout cela n’advient que parce que notre incapacité à nous aimer nous-même correctement et pleinement a laissé la place à la matérialisation d’une relation toxique.

Ce n’est pas l’autre qui nous porte les blessures d’amour

Parfois, elle est déjà là. D’autres fois, c’est nous qui lui en donnons l’autorisation, le pouvoir… parce que nous souhaitons consciemment ou inconsciemment nous faire du mal. Et souvent, les blessures sont le fruits des déséquilibres, des manques de justesse, de communications… toutes les grandes et petites choses que nous laissons prendre de l’ampleur par l’entre mise de nos comportements et attitudes à trop vouloir contrôler ou à être trop dans le laxisme et la passivité du laisser-faire. Les raisons ici sont multiples et seraient trop longues à lister.

 » L’autre ne nous blesse pas :

il nous révèle simplement que nos plaies n’étaient pas guéries.
Nous avons cru que la rencontre avec un autre nous avait guéri.
C’était une illusion, car la guérison ne vient jamais de l’extérieur, toujours de l’intérieur.
La relation avec l’autre est donc pour nous un révélateur de nos manques et de nos souffrances cachées.
Croire qu’une relation, quelle qu’en soit la nature, peut nous faire oublier nos manques et nos souffrances est un leurre.
Cela conduit inévitablement à la déception.
En revanche, si nous envisageons nos relations avec les autres comme une opportunité de nous connaître, nous pourrons commencer à combler nos besoins et guérir nos blessures.
Tant que nous nous berçons de l’illusion que l’autre possède la clé de notre bonheur, nous restons dans un état de dépendance.
L’autre représente une drogue dont le sevrage nous est intolérable.
Le manque réveille notre souffrance, notre crainte et donc notre colère. « 

– Thierry Janssens

Les relations de couple offrent les plus grandes opportunités pour avancer et grandir

Dans les relations de couple, l’autre et le miroir de nous-même. Il révèle nos blessures pour que nous puissions les découvrir, les reconnaître, les accueillir… Le seul but étant de pouvoir les guérir et ainsi transformer notre vie. Car, chaque blessure guérit retire de notre vision du monde un des voiles de l’illusion qui nous empêche de connaître la Vérité. La Vie devient alors plus légère, plus douce. Nous retrouvons notre liberté.

L’Amour qui permet des guérisons miraculeuses, c’est L’amour pur, l’Amour inconditionnel. Cet Amour qui n’a aucune limitation et aucune limite. C’est aussi l’Amour inconditionnel que nous nous témoignons dans les petites choses. Pas de l’Amour égoïste ou narcissique. Juste la reconnaissance de notre propre valeur, l’estime saine, le soin attentif de l’essence divine en nous-même.

Questions à se poser lorsque nous nous sentons bloqué(e)(s) dans les blessures de notre relation d’amour passée ou présente  :

Est-ce ce que je veux avoir raison ? Est-ce que je veux être le/la méritant(e) ? le/la gentil(le) ?

Est-ce que je veux être heureux/se ou est-ce que je veux juste paraître avoir une Vie idéale ?

Est-ce que je m’autorise à Vivre ? à avoir du plaisir ? à prendre soin de moi ? à laisser entrer le bonheur dans ma Vie ?

Est-ce que je cherche à sauver l’autre ? Est-ce que je porte mon regard sur moi la majorité du temps ou est-ce les les actions, pensées, comportements de l’autre ?

Répondons sincèrement à ces questions. Elles nous révéleront alors quel est le point pivot de notre transformation.

Si vous avez besoin d’aide pour y parvenir, je suis à votre service.

N’oublions pas :

Seul l’Amour nous permet de guérir de blessures amoureuses.
Mais, l’Amour existe sous d’autres formes que celle du couple 😉

Je nous souhaite une semaine lumineuse et débordante d’Amour. Et souvenons-nous : il n’existe que l’Amour

Quitter la version mobile